THE PLACE BEYOND THE PINES

place

Luke, cascadeur à moto itinérant, retrouve lors de l’un de ses spectacles le chemin de Romina, aventure d’un soir, et découvre qu’elle lui a caché l’existence d’un  fils. Le motard décide alors de tout quitter pour assumer ses responsabilités de nouveau père et part braquer des banques. Il va se heurter à Avery Cross, policier ambitieux, décidé à s’élever rapidement dans sa hiérarchie gangrénée par la corruption.

The place beyond the Pines invite, non sans un certain fatalisme, à réfléchir sur l’importance des choix opérés par l’Homme et s’attarde sur les répercutions qu’ils peuvent avoir sur les générations futures. Pour cela, le spectateur va suivre la chute aux Enfers de Luke (Ryan Gosling) et le chemin de croix d’Avery (Bradley Cooper), pour aboutir à la synthèse de deux parcours, à travers leurs enfants.

Si ce faux polar au goût de tragédie grecque – et trop vite assimilé par certains à un Drive à deux roues –  aurait pu rapidement sombrer dans le pathos, les nombreuses qualités filmique du long-métrage en font une œuvre chorale profonde et aboutie.

place4

Mais la principale gageure et réussite du réalisateur Derek Cianfrance est de réaliser un triptyque en un seul film. A la différence de Babel du mexicain Alejandro Gonzàlez Inarritu, où les images se faisaient échos et répondaient à une implacable logique narrative, ici le film est véritablement découpé en trois partie. Les scènes finales semblent d’ailleurs être la conclusion d’une saga, au même titre que Le Parrain III ou The Dark Knight rises.

Quant au casting, si le talent de Ryan Gosling ou Bradley Cooper n’est plus à démontrer,  il est bon de rappeler celui d’Eva Mendes qui avait  déjà montré toute l’étendue de celui-ci dans La nuit nous appartient de James Gray, et qui prouve qu’on peut jouer dans 2 Fast 2 Furious ou avoir comme partenaire Will Ferrell, et être à sa place dans un film d’auteur. Amaigrie et sans maquillage, elle compose ici un rôle à des années lumières de son image de sex-symbol et prouve définitivement qu’elle peut jouer sur tous les registres avec justesse.

place3

A noter, la présence au générique de Mike Patton, le musicien et chanteur du groupe de rock/funk/fusion Faith No More, qui assure une bande-originale soignée et envoutante, tant dans la tension quelle amène à certaines scènes que dans le retrait nécessaire à d’autres.

Tout ces atouts font de The place beyond the Pines, une partition dont chaque note compte, afin d’assurer à cette symphonie une belle illustration du déterminisme humain et de la confusion des sentiments.

Olivier Fournel

Sortie depuis le 20 mars 2013; de Derek Cianfrance; Avec : Ryan Gosling, Bradley Cooper, Eva Mendes, Rose Byrne, Dane Dehaan… Long-métrage américain; Genre : drame; Durée : 2h20   Distributeur : Studio Canal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s