BORGIA – La saison 3 bientôt en tournage

CANAL+ vient d’annoncer le tournage de la saison 3 de BORGIA signée Tom Fontana.
La série BORGIA revient pour un troisième et dernier opus qui verra le déclin de Rodrigo et les avancées de Cesare dans sa poursuite du rêve commun de la famille Borgia : unifier l’Italie.

borgia

Le tournage de cette nouvelle saison durera huit mois – du 27 mai jusqu’au 27 janvier 2014 – en République Tchèque et Italie (région de Rome, notamment).

Le triomphe de l’oubli :
S’étalant sur une dizaine d’années, la troisième saison de BORGIA suit la famille Borgia à mesure qu’elle avance – et l’Italie avec elle – vers l’aube d’un nouveau siècle : Cesare se taille un chemin de conquêtes à travers les États Pontificaux, Lucrezia tente d’imprimer sa marque sur Rome, et Rodrigo, le vieillissant Pape Alexandre VI, lutte pour ne pas voir l’âge anéantir ses forces.

borgia3

BORGIA saison 3
Une série de 12 épisodes de 52 minutes
Créée par Tom Fontana pour la Création Originale CANAL+

Réalisation : Christoph Schrewe, Metin Huyesin
Avec John Doman (Rodrigo Borgia), Mark Ryder (Cesare Borgia), Isolda Dychauk (Lucrezia Borgia), Assumpta Serna (Vannozza Cattanei)…

Publicités

HANNIBAL – la série

Après les adaptations (The Sarah Connor chronicles, Nikita, Stargate…), les reboots (Le retour de K2000, Charlie’s angels, V, Hawai Five 0,…), les suites (Dallas, Berverly Hills, la nouvelle génération…),  voici la nouvelle marotte d’Hollywood : le préquel de film en série ! D’abord avec Bate’s Motel, soit la jeunesse de Norman Bates le héros psychopathe du film d’Hitchcock Psychose, qui revient sur sa relation avec sa mère, avant que son squelette ne serve de déco dans la chambre à coucher. Hannibal fait encore plus fort puisqu’il s’agit d’un préquel de préquel , mais aussi d’une suite de préquel. Oui, il y a de quoi se perdre…

hannibal2

Hannibal – la série, se situe juste avant Dragon Rouge (trèèèès mauvais film du tâcheron Brett Ratner), lui même remake de Sixième Sens (trèèèès bon film du génial Michael Mann), et préquel du Silence des agneaux. Mais aussi, suite d’Hannibal, les origines du mal qui suivait la jeunesse quelque peu chaotique du futur psychiatre amateur de cervelle humaine arrosée au chianti. Oui, j’avoue, il y a de quoi se perdre (N’hésitez-pas à relire ces quelques lignes si besoin est). Mais qu’en est-il exactement de la série ? La première surprise est d’y retrouver à sa tête un showrunner d’exception en la personne de Bryan Fuller, génial (mais malheureux en terme d’audiences) créateur du drôlissime Dead like me et du magnifiquement onirique Pushing Daises (accessoirement appelé à la rescousse de Heroes lors de la saison 3, sans grand succès, cqfd !). Voilà un univers dans lequel on ne l’attendait pas… Restait maintenant à savoir quel sort il avait réservé à ce personnage devenu en quelques années aussi culte que Dark Vador ou Freddy Krueger !

Will Graham (Hugh Dancy, entraperçu dans Le Roi Arthur et de nombreuses productions anglaises) est un agent du FBI qui a la capacité, véritable malédiction, d’entrer dans l’esprit des tueurs qu’il traque, afin de comprendre les crimes qu’ils ont commis. Un don qui plonge le policier dans un état qui le fait vivre dans une angoisse permanente. L’agent Jack Crawford (Laurence Fishburne) vient le chercher dans l’université où il enseigne afin de lui demander son aide sur une affaire de crimes en série particulièrement sanglant, où des étudiants sont retrouvés vidés de certains de leurs organes. Cela ne vous rappelle pas quelque chose… ou quelqu’un ? Crawford, fait alors aussi appelle au Docteur Lecter, brillant et reconnu psychiatre  pour le conseiller dans son enquête. Un consultant érudit et particulièrement utile, mais qui, l’air de rien, s’immisce, lui aussi, dans les méandres du cerveau de Graham … Un faux suspens se met alors très vite en place puisque l’on connait le personnage, et que l’on sait ce qui va lui arriver.. C’est peut-être une des premières limites de la série.

hannibal4

L’évident bon point du show est la présence de Mads Mikkelsen (Le « chiffre » dans Casino Royal et acteur fétiche de Nicolas Winding Refn) dans le rôle d’Hannibal Lecter, même si ses qualités en font un défaut.. Un peu trop étrange et flippant dès le départ, là où Anthony Hopkins amenait une ambigüité glaçante.

Autre défaut, et non des moindres, la mise en scène. Bourrée d’artifices (rêves, ralentis et autres hallucinations) et de détails sensés nous rappeler – par touches – les éléments de la saga, on sent le gimmick visuel à 10 kilomètres à la ronde. Le tout accompagné de vibrations, et de quelques notes du premier mouvement des Variations Goldberg de Bach pour nous rappeler lourdement la fameuse scène de cuisine humaine d’Hannibal de Ridley Scott. Comme si Lecter, fin mélomane, ne connaissait que ce morceau… Pourtant, loin d’être totalement inutile, elle sert aussi le récit, en donnant corps à ce qu’ellel veut dire de ses personnages et de l’univers dans lequel ils évoluent. Même si elle semble souvent hésiter esthétiquement entre la froideur du Silence des Agneaux et le Hannibal, super (trop) léché, de Scott. Elle témoigne pourtant, il faut le reconnaître, d’un soin et d’une qualité de production notables et inattendus  pour une grosse network comme NBC. Voilà une série que l’on aurait plus imaginé sur Showtime (Dexter) ou AMC (The walking dead). Un peu comme si TF1 décidait de produire un remake adapté de Seven.

hannibal3

Certes, il ne s’agit là que du pilote, et les qualités d’une série se juge sur bien plus que ça. Alors laissons lui (un peu) le temps de s’installer. Et si celle-ci parvient à conserver son atmosphère, sans écraser la narration et ses personnages sous certaines de ces lourdeurs visuelles, alors la série pourrait confirmer les attentes que beaucoup place en elle. Mais attention au trop plein : suites, remake, préquels, série télé… on se croirait dans Star Wars et chez les héros Marvel. Alors, après Chewbacca et Iron Man, Hannibal Lecter dans l’écurie Disney… ça serait un comble pour un cannibale de cette classe !

La série a été achetée par Canal +. Encore aucune date de diffusion prévue…

Olivier Fournel