DEPECHE MODE : LA GUERRE DES ETOILES (2ème PARTIE)

Pour certains, les années 90 seront à jamais marquées par l’effondrement du bloc soviétique et la fin de la guerre froide. Pour d’autres, l’arrivée de la Megadrive de Sega restera pour toujours une madeleine de Proust. Mais cette décennie sera surtout celle des Depeche Mode : 3 Albums, 3 réussites et un nombre incroyable de succès dans les Charts du monde entier…

Violator – 1990 – *****

violator

Mieux, je sais pas, mais pas moins bien. Les Depeche Mode se réinventent encore et nous mettent davantage de guitares dans l’album qui suit, noir de chez noir, encore moins d’espoir. Le single qui prédit l’album, Personal Jesus est un monument, histoire de partie fine dans un hôtel, de Presley et de Foi turgescente. Le morceau est dément et montre les quatre anglais rockeurs, là où on les attendait encore derrière leurs synthétiseurs. La sortie de l’album est un raz-de-marée. Neuf morceaux de haut vol. World in my eyes, avec sa ligne de basse super puissante et la voix archi sensuelle du père Dave entame l’album de la meilleure façon qui soit. The sweetest perfection parle des addictions de Gore à l’alcool et nous emmène dans un morceau incroyablement riche dans ses tonalités. Halo, certes, fait figure de parent pauvre dans cette galette-là, mais je souhaite à un grand nombre de groupe de faire des morceaux aussi minimes (écoutez surtout la seconde voix de Gore sur les refrains). Waiting for the night est une merveille lente, un slow un peu lunaire et angoissant par moments. Déstabilisant.

Enjoy the silence EST le plus grand tube de Depeche Mode, en terme de vente en tout cas. Quand on écoute la démo et le morceau final, c’est là qu’on comprend le génie d’Alan Wilder qui a construit une chanson fantastique, un hymne. Tout a été dit sur cette pièce-là et pour respecter le titre, je ferme ma gueule.

Policy of truth est un autre très bon morceau de l’album, rock et entraînant et où la batterie fait des petites variations très intéressantes. Ecoutez le encore, le secret de ce morceau est dans sa rythmique, hyper précise, battements de cœurs dans le pont… Blue Dress passe un peu à côté du reste de l’album, mais a la qualité d’être courte. Enfin, Clean est une chanson riche, très riche, des tas de mélodies et une perf vocale de Gahan dans les basses assez impressionnante.

En somme, un album gigantesque, et trois cinq étoiles de suite, DM est un groupe affirmé et reconnu. En dix ans, les garçons coiffeurs sont devenus grands. Très grands.

Songs of faith & Devotion – 1993 – *****

songs

Dave Gahan ressemble désormais à Dave Stewart qui se serait pris pour Jésus. Les tatouages parcourent tout son corps, tout autant que la drogue dans ses veines. Le groupe est attendu comme jamais, plutôt sur un air très électro et voilà qu’ils nous sortent une œuvre d’art splendide et furieusement rock. Le premier single, qui ouvre l’album, I Feel You, cueille les fans par un dérapage de pneus qui n’en finit pas, un riff de guitare tonitruant et une batterie (si, si, une vraie, Alan Wilder s’y est collé pour l’occasion), qui envoie tout le monde scotché contre le mur. A noter un rythme particulier à la chanson en 12/8 et non en 4/4, qui rend cette chanson parfaitement unique. Si Violator était d’une beauté introspective, SOFAD est lyrique de bout en bout.

Pour preuve, allez résister à Walking in my shoes extraordinaire morceau totalement aquatique, les dauphins, les cris de baleine, les sons, tout nous montre que Poséidon s’est mis au mixage. Les envolées sont grandioses, le pont superbe et les paroles, ciselés, puissante. Cette chanson est une pierre angulaire de l’ œuvre du groupe. Condemnation est un gospel très étrange, complètement surprenant où la voix de Dave, puissante, vient discuter directement avec le plus grand des juges. Fabuleux. Mercy in you s’il est plus attendu, possède un rythme ravageur et une mélodie efficace qui vous prend aux tripes. Judas (aaaaaah, les obsessions religieuses de Gore…) fait appel à une cornemuse lointaine pour nous emmener dans une de ces ballades dont le compositeur de DM a le secret. Le refrain frôle le SIDA (« risque ta santé pour moi, si tu veux mon amour ») mais c’est gagnant, comme toujours.

In your room rappelle la batterie du premier morceau pour nous emmener dans une nouvelle obsession masochiste, noire, difficilement supportable, inquiétante, mais totalement fascinante. La chanson est de toute beauté. A noter le remix du single qui « éclaire » le morceau avec un riff de guitare que Gore n’a pas composé. Get right with me est peut-être le seul moment où on s’ennuie durant l’écoute de l’album. De jolis chœurs, mais, même malgré la batterie synthétique tout en percussion puissante, rien de bien nouveau. Rush est très noir, la batterie encore joue un grand rôle et quelle puissance ! L’album entier en a profité et le son de DM a pris une autre dimension. Le pont de Rush est une merveille, tout en tension retenu, jusqu’à ce que nous pète à la gueule. Un grand moment.

Gore se permet tout et avec One caress il laisse tomber tous les synthés du monde et s’offre 24 cordes pour l’accompagner sur une chanson sublime, très difficile à chanter. C’est là aussi qu’on se rend compte que le père Martin a une sacrée voix, élastique, aérienne. Un très beau morceau qui contraste terriblement avec le reste de l’album, mais qui finalement, trouve sa place. On finit avec Higher love qui fait atterrir les oreilles dans un halo de nappes synthétiques, toutes plus belles les unes que les autres. Plus détendu, plus calme, plus planant, il conclut un album, encore une fois cinq étoiles.

Mais c’est aussi la fin d’une histoire. Lors de le tournée suivante, Alan Wilder, qui n’en peut plus, quitte le groupe. Même Fletch, déprimé, se fait remplacer sur scène (même si personne ne s’en rend compte), Gore est plein d’alcool, Dave fait deux overdoses, une tentative de suicide, un peu de taule. On dit les DM mort. Certains diront même que vu les dégâts propre aux groupes de rock, Depeche Mode en était donc vraiment un…

Ultra – 1997 – ****

ultra

Comment ce groupe a pu sortir de cet enfer ? J’attribue ça à un miracle. L’enregistrement de l’album dure des mois, Gahan n’est pas foutu de chanter correctement et regardez bien dans le livret, une coach vocale y est remerciée… Pourtant, 4 étoiles pas volées du tout ! Pourquoi ? Parce qu’il passe dans cet opus, une sorte d’urgence, des morceaux de bravoure et une production aux petits oignons par Tim Simenon. Ça nous donne des chansons sublimes, comme Barrel of a gun terriblement biographique autour de l’état de Dave et d’une rare violence dans les sons, dans la guitare et où il est question de se régler les comptes. Impressionnant. Le plus beau morceau est, pour une fois, attribué à Martin Gore qui, avec Home signe une pièce maîtresse. Encore des prouesses vocales et lorsque le refrain intervient, on est scotché. La fin est sensationnelle, grandiloquente, à partir 3’50 », vous pouvez sauter en parachute, on est tranquille. Notons le remix The Noodles & The Damage Done, extraordinaire de rythmiques jungle, une merveille.

Bien sûr, il y a It’s no good morceau un peu faiblard sur les paroles, mais qui finit par dégager beaucoup de second degré. La mélodie est ultra (ah, ah) efficace et la basse fait tout le boulot. Useless fait aussi partie de bonnes surprises, entrainante, pas sans rappeler Policy of truth, est avec, ô incroyable, un vrai bassiste dessus !

Sister of night est un morceau qui marche, comme on dit, mais pour la petite histoire, la voix de Dave a été enregistrée des dizaines de fois et il ne l’a jamais interprétée une seule fois en entier. Il était dans un tel état qu’il ne le pouvait pas. Donc un énorme travail de montage !!! Love thieves est sympa, sans plus, les instrus, pour le coup n’ont vraiment aucun intérêt. On peut aussi ressortir du lot Freestate qui nous fait découvrir une jolie mélodie à la lap steel guitar, pour un morceau qui ne décolle jamais vraiment, mais qu’on peut écouter sans s’en lasser. Insight ne nous en dira pas plus sur l’état du groupe, qui réussit, malgré tout, sur une moitié d’album, à faire de bien jolies choses, dans un chaos total.

Pas de nouvelle tournée derrière cet album, encore un best-of, une petite tournée quelques temps plus tard, et les années 90 s’arrêtent enfin pour un groupe qui a besoin de se retrouver pour mieux repartir…

A suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s